Rechercher
Contact
instructeur@inochi-dojo.fr
webmaster@inochi-dojo.fr
Administration

Historique

 L’histoire des techniques de combat à mains nues collectivement appelées « arts martiaux »  s‘étend sur plus de 7000 ans, et possède ses racines dans la classe guerrière Kshatriya de l‘Inde, les arts de combats à mains nues se sont répandus vers la Chine ou ils ont été adaptés par des sages bouddhistes et taoïstes sous différents styles de Kung Fu.

Vers le 15ème siècle après J.C., plusieurs de ces styles chinois se sont répandus aux îles Ryuku et se sont établis sur l‘île d‘Okinawa.

Lorsque le clan du japonais Satsuma a impose sa règle militaire sur Okinawa, au 16ème siècle, les habitants de l’île avaient interdiction sous peine de mort de porter toute arme qui pourrait être utilisée dans une rébellion contre les suzerains Satsuma. Les habitants de l’île ont répondu en se tournant vers les arts de combats non armés comme moyen de défense.

Les systèmes martiaux chinois ont été revus par les « Okinawaiens » et l‘art du Kara-te (mains chinoises) était né.

Au début du 20ème siècle, Gichin Funakoshi a introduit l‘art « Okinawaiens » du Karaté - do (la voie de la main vide). En l‘espace de quelque années, les arts guerriers traditionnels du Jujitsu, Hap - Ki, Tae Kwon et Aichi Jutsu ont été conventionnalisés en combinaisons d‘arts guerriers et de philosophie bouddhique connus sous les noms de Judo, Hapkido, Taekwon Do et Aïkido.

Les arts « Do », différents de « Jutsu », n’avaient pas l’intention d’être de pratiques ou d’authentiques arts guerriers, mais simplement d’être stylisés et structurés en chemins permettant l’achèvement de l’unification corps - âme - esprit.

Au contraire les arts du Ninjutsu n’ont jamais été stylisés en chemin ou « Do ».

Pour servir d’efficaces méthodes d’autoprotection, les Ninja ont développé une large variété d’arts de combat dévastateur. Toutefois, cette compétence de combat n’a jamais été développée comme un système séparé et spécialisé. Les techniques de combat Ninpo, comme tous les autres aspects de l’art, étaient simplement une partie d’un style de vie complètement mystique. Différents des arts martiaux conventionnels comme le Karaté ou le Kenjutsu, la discipline du Ninjutsu place une accentuation équitablement sur le développement des arts intellectuels et sur la pureté de l’esprit.

Plutôt que d’être un système spécialisé de combat main contre main ou de combat au sabre, les arts du Ninja ont été développés uniquement comme une méthode pratique de réaction à tout type de danger et les aptitudes physique du Ninja renferment tout de la survie en milieu sauvage aux combats armés. Bien plus que l’étendue des meilleures perfections physiques de combat, le Ninjutsu est, les racines les plus profondes, l’art de vivre naturellement tout en maintenant la possibilité d’avoir l’avantage face à tout type d’adversité ou de déconvenue.

L’art Ninja est probablement apparu en 1er en chine vers le 7ème siècle. Les arts martiaux ressemblant à ceux utilisés par les Ninjas ont été développés dans le même temps par des bandes isolées qui vivaient en détroussant les voyageurs et pillant les villages.

Après que le sage indien Bodhidharma ait amené la pratique du Bouddhisme en chine, des Bouddhistes, chinois et des sectes Taoïstes se sont alliés pour développer les perspectives mystiques qui sont devenues plus tard les bases de ce que le monde verra des groupes Ninjas japonais.

Avec la chute de la dynastie T’ong au 18ème siècle, différentes sectes d’artistes martiaux et de religieux mystiques ont fuit vers le Japon pour éviter les guerres civiles qui en ont résultées.

Ces fuyards chinois se sont installés dans les montagnes des régions de Koga et d’Iga au Sud centrale du japon où ils ont rencontré les guerriers ascètes japonais qui erraient dans les montagnes.

Ces ascètes étaient appelés Yamabushi (guerriers sauvages) et ils recherchaient l’illumination religieuse en triomphant des épreuves d’une vie recluse dans les montagnes sous la tutelle des chinois mystiques et guerriers, les Yamabushi sont devenus une colonie retirée de prêtres guerriers. Ils restaient dans leurs maisons dans les montagnes et n’avaient aucun contact avec le reste de la société japonaise. Et plus important, ces Yamabushi ne payaient aucune taxe au Daimyo, les seigneurs Samouraïs locaux.

Au 13ème siècle les guerres constantes de frontière et les conflits territoriaux entre les nombreux Daimyo avaient explosé en des guerres civiles qui se sont rapidement étendues aux provinces de Koga et d’Iga.

Afin de gagner de nouveaux territoires et d’augmenter leur influence, ainsi que pour taxer les Yamabushi renégats, plusieurs Daimyo de la région ont envoyé des expéditions armées dans les montagnes. En réponse les Yamabushi plus nombreux, équipés d’armes bien inférieures ont combiné leurs techniques de combats chinoises avec le mysticisme tantrique, pour former un système de combat rassemblant intelligence et sabotage qui reposait sur la tromperie et la furtivité pour réussir.

Les envahisseurs Samouraïs ont soudain été vaincus par ces insaisissables guerriers, appelés Ninja. (les invisibles) Les Samouraïs, incapables de comprendre pourquoi leurs armées massives étaient incapables de vaincre une simple bande de paysans, ont répandu des récits superstitieux accréditant les Ninjas de pouvoirs surnaturels.

Les légendes racontaient qu’avec l ‘aide des esprits de leurs ancêtres, les Ninjas étaient capables de lire les esprits, marcher sur l’eau, changer de forme ou devenir invisible comme ils le voulaient. Les Ninjas, disaient les Samouraïs avec des yeux écarquillés, n’étaient même pas humains, ils étaient les enfants des lutins Tengu et des démons Ceni aux longs crocs.

Au milieu du 15ème siècle, un grand nombre de Ninja actif de bas niveaux se sont séparés de leur clan et ont vendu leurs services aux meilleurs acheteurs. Ils ont commencé à accentuer l’aspect militaire du Ninjutsu et ont mis en pratique leurs talent dévastateurs dans les incendies, le sabotage, l’espionnage et l’assassinat de Daimyo en guerre.

Les Samouraïs liés par le Bushido, un code strict d’honneur, étaient empêchés de réaliser de tels actes deshonnorables, et se sont donc tournés vers l’emploi de Ninja, qui comme tous les non - Bushis au Japon, appartenait à la caste connue sous le nom de Hi - Nin ou non humains.

Durant le siècle suivant de guerre civile, les Ninjas sont devenus fortement craints et détestés en tant qu’espions et assassins sans pitié.